Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les deux plaques de M. E.Lardeux
Les deux plaques de M. E.Lardeux

Cette année encore j'ai assisté, en tant que représentant d'association, à la cérémonie communale du 11 novembre. Les anciens combattants, les pompiers, M. le maire, les enfants des écoles se sont exprimés, au pied du calvaire de 1853, à l'entrée du cimetière d'Ingrandes.

Et la première question qui me vient à l'esprit est de savoir pourquoi ni Ingrandes ni le Fresne n'ont de Monument aux Morts « civil ». Puisqu'il y a bien eu des victimes parmi les appelés, est-ce pour une raison de moyens financiers ou de convictions des élus qu'aucun monument spécifique ne fut érigé ? (voir l'article de la Mairie)

La deuxième question concerne les deux petites plaques de marbre gris posées à même le sol au pied du calvaire, mais au dos, toutes seules … et pourtant sur la liste officielle des pertes de la guerre 14 – 18. Il s'agit d'E.Lardeux, mort en 1914. Son carnet militaire précise qu'il s'appelle Ernest Eugène Lardeux, qu'il est né le 31 juillet 1889 à Belligné (Loire Inférieure), et que recruté à Angers (matricule 04991) il est soldat au 77e. Régiment d'Infanterie (le texte ci-dessous le place à Cholet ?). Il est mort pour la France le 29 octobre 1914, en Belgique, à Zonnebeke . L'acte (de décès) a été transcrit le 26 juillet 1915 à Champtocé (Tarn et Garonne a précisé le fonctionnaire!).

Enfin ma dernière question, d'actualité celle-là, est de comprendre pourquoi M. le maire s'acharne à détruire des potagers – au moment même où des habitants en recherchent - pour agrandir encore le cimetière d'Ingrandes, en plein centre du Village, alors que demain nous disposerons aussi de celui du Fresne, bien positionné en périphérie et facilement extensible … je croyais qu'il n'y avait qu'en Corse que les morts votaient !

Belle journée,

Le Léger Rien

Histoire du Monument aux morts d'Ingrandes

Le centenaire de la Grande Guerre a été l’occasion pour beaucoup d’entre nous de s’intéresser à l’histoire de ces jeunes hommes partis à la guerre dès 18 ans pour certains. Beaucoup d’entre eux sont restés sur les champs de bataille.

Leurs noms ont été gravés sur les monuments aux morts des communes où ils résidaient.

Ces monuments ont été élevés pour la grande majorité à la suite de la guerre 1914-1918.

Ils sont les témoins historiques de l’art pour un certain nombre, mais pour tous de l’histoire de la commune tout simplement. Les noms gravés traduisent le poids des guerres sur la vie locale quand ils ne sont pas aujourd’hui la seule trace de certaines familles.

Le monument édifié dans le cimetière d’Ingrandes est l’œuvre de l’architecte Henri ENGUEHARD qui dès 1947 proposait à la municipalité une esquisse d’un premier projet de rénovation. Cet architecte est rappelons-le celui qui, après 1945, a eu la mission de reconstruire les quartiers détruits et en particulier l’église. Mais c’est en 1958 qu’un ordre de service a été délivré à l’entreprise BIGOT, entreprise locale de maçonnerie, d’exécuter les travaux de restauration. Pour le socle, le matériau retenu était une pierre de Lavoux.

Du précédent monument, seules ont été réutilisées la croix en fer forgé, datant de 1853, et la plaque de bronze, comportant les noms des défunts de 14-18 (35 morts pour la patrie).

Cette dernière ne comporte pas de signature mais en bas relief figure un soldat gisant ce qui pourrait nous permettre d’attribuer l’œuvre à un artiste.

Quant à l’ancien monument, les archives municipales ne nous ont pas permis de déterminer la date de sa construction et d’en connaître plus sur cette croix joliment travaillée de 1853.

C’est parfois au gré d’autres recherches qu’une énigme est résolue.

Tout espoir est donc permis.

« La municipalité a procédé à la rénovation du monument aux morts pour le centenaire.»

source : Informations Municipales #62 janvier 2015

La Bataille de Zonnebeke : « L’hiver oublié 1914-1915 »

« En automne 1914, à Zonnebeke en Belgique, le 9ème corps français composé de 2 divisions dont le 77ème RI de Cholet et le 135ème RI d’Angers , de 2 divisions de cavalerie ainsi que l’armée anglaise combattent contre l’armée allemande .

Cette bataille détruit la ville de Zonnebeke, l’église, les maisons du village, des fermes. La population fuit le village et se dirige vers la France.

Les armes utilisées sont des canons avec des lancements d’obus ainsi que des fusils. Les soldats se réfugient dans des maisons bombardées ou campent dans des fossés et avancent vers l’ennemi en creusant des tranchées. Les conditions de vie sont difficiles avec en permanence le bruit des canons et le sifflement des obus. Les soldats sont souvent dehors dans les tranchées avec beaucoup de morts et de blessés, ils ne peuvent pas toujours dormir. Ils mangent des aliments froids, ils boivent peu d’eau parfois du vin «pinard». Ils n’ont pas de toilettes, ont souvent des diaprées et des maladies en lien avec le manque d’hygiène.

Selon les extraits des journaux de Georges Cottenceau et de Joseph Bellouard, la bataille a complètement détruit la ville, c’est une véritable boucherie quotidienne, les canons et les obus n’arrêtaient pas de se faire entendre, les blessés mutilés n’arrêtaient pas de se plaindre. Le bilan militaire Français est très lourd notamment entre le 23 octobre et le 13 novembre 1914. En 21 jours il y a eu 7 529 morts, 24 571 blessés et 9 150 disparus. »

Publié le 18 octobre 2015 par pierrecharlesfaitsonnumero
Le 11 novembre 2015 (1, 2 & 3) - La plaque (4) - La plaque au dos du monument - Le livret militaire de M.E. Lardeux
Le 11 novembre 2015 (1, 2 & 3) - La plaque (4) - La plaque au dos du monument - Le livret militaire de M.E. Lardeux
Le 11 novembre 2015 (1, 2 & 3) - La plaque (4) - La plaque au dos du monument - Le livret militaire de M.E. Lardeux
Le 11 novembre 2015 (1, 2 & 3) - La plaque (4) - La plaque au dos du monument - Le livret militaire de M.E. Lardeux
Le 11 novembre 2015 (1, 2 & 3) - La plaque (4) - La plaque au dos du monument - Le livret militaire de M.E. Lardeux
Le 11 novembre 2015 (1, 2 & 3) - La plaque (4) - La plaque au dos du monument - Le livret militaire de M.E. Lardeux

Le 11 novembre 2015 (1, 2 & 3) - La plaque (4) - La plaque au dos du monument - Le livret militaire de M.E. Lardeux

Tag(s) : #Histoire

Partager cet article

Repost 0