Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Frontière Se Souvient (#1)

PROGRAMME 2016

L’association Tourisme-culture-patrimoine vous remercie de nous accompagner à travers le temps dans les rues d’Ingrandes - le Fresne sur Loire. Maintenant que depuis 6 mois, la frontière plus que millénaire a disparu, place à la mémoire … et au spectacle « la Frontière se souvient ».

Place des Halles, au pied du tribunal

Avec la musique du contemporain Gluck « Grands dieux, soutenez notre courage… » nos ingrandais vont en avoir besoin.

Nous sommes en 1775, le Royaume se construit une grande Marine et les fastes de Versailles sont toujours coûteux. Les taxes, dont la Gabelle, sont nombreuses qu’il faut payer en franchissant la frontière à Ingrande dont une moitié est en Anjou et l’autre en Bretagne, en passant du Duché qui a conservé son Parlement et une relative autonomie, vers France.

Plus le prix du sel augmente, plus le faux-saulnage est rentable. L’administration des gabelles possède sa propre police : les gabelous. L’obligation d’acheter une certaine quantité de sel (le sel du devoir) est d’autant plus intolérable qu’il est mélangé à des grains d’orge, d’avoine, de blé suivant les années pour contrôler les salières familiales lors des perquisitions.

Au Nord, vers Belligné, le faux saulnages est pratiqué par de « petites gens » avec des petits moyens (enfants, chiens porteurs de sac) qui sont sévèrement punis. Mais un gros trafic existe aussi sur la Loire, à une toute autre échelle ….là où les arrangements sont possibles…

L’air des furies ( contre les impôts ? ), de Gluck toujours, accompagne la sortie.

Cale de l’Eglise : à la Voile ou à la vapeur ?

Accueillis par une chanson de Jules Verne mis en musique par un ami nantais, Aristide Hignard.

Nous sommes en 1850. Le pays se modernise : les ponts traversent la Loire et la vapeur autorise le train de chemin de fer et les bateaux qui ne sont plus dépendants du vent.

Pourtant en 1837, l’explosion du Vulcain à Ingrandes suivie de l’agonie des blessés pendant 9 jours sera évoquée jusque dans la presse nationale. Mais l’accident de la modernité le plus tragique en Anjou sera la rupture des câbles du pont suspendu de la Basse-Chaîne en avril qui va noyer plus de 220 militaires.

La vieille marine à voile va disparaître progressivement, surtout concurrencée par le train Elle laissera bien des nostalgiques : Quel spectacle de voir passer, par vent d’Ouest plus de vingt bateaux par jour gréés de leur voile immense. Sans parler de l’animation des quais et troquets.

Et toujours Jules Verne en chanson pour la sortie : « en avant les zouaves ! ».

1461 La Saint Matthieu ;

La Grande cour, c'est-à-dire a l’intérieur de l’auberge de la Croix de Lorraine, voisine de celle de madame Lebec qui tient le Pot d’étain (qui deviendra l’hôtel du pigeon) ; en septembre c’est la foire de la Saint Matthieu (saint Mahé, en breton), foire accordée par le Duc de Bretagne lorsqu’il acquit Ingrandes à Gilles de Rais.

Après la guerre de cent ans, la prospérité revient, favorisée par le commerce sur la Loire : Ingrandes en bénéficie pleinement. Le souvenir de Gilles de Rais persiste, qui laisse un contexte politique compliqué : Ingrandes restera t-il au duché de Bretagne ?

Louis XI succède enfin à son père Charles VII, qu’il méprisait. Louis XI avait des espions partout pour préparer ses acquisitions territoriales…

En sortant Jeanne Marie Gilbert interprète : « pour faire un bon mariage ».

31 Août 1792 : vente de la pierre de Bretagne

C’est la révolution « en marche » : la foule chante « Ça ira, ça ira ! »

Elle marquait l’entrée en Bretagne et symbolisait l’ancien régime et ses Provinces. Sa destruction est un acte politique fort qui permet de créer la République unie et égalitaire, libre des entraves administratives. Pour la fraternité, il faudra attendre encore …

21 mai 1795, ou plutôt : duodi prairial an III : famine

Pendant six ans (de 1793 à 1799), les ingrandais vont vivre dans un état de famine : ils sont républicains modérés et encerclés par les vendéens de l'autre coté de la Loire et les chouans au Nord qui font des coups de main jusqu'au Cassoir, Villemenard. De plus, ils doivent recevoir les militaires, « les volontaires » qui tentent de pacifier la région en état d'insurrection et qui eux-mêmes pillent, violent et arrachent les derniers pains de nos ingrandais. Les républicains d'Angers avec Francastel, Tabary, Morin leur maintiennent la pression idéologique et les accusent de ne pas être assez patriotes ...

Toutefois une trêve est signée par la Convention en décembre 1794 ; elle ne sera pas respectée : ni par les « volontaires » républicains ni par les chouans.

Pourtant, quelques tentatives d’apaisement ont lieu avec les « Brigands » de Vendée ou les Chouans de Belligné.

Le carrousel des illustres

La ville d’Ingrande est située sur une route de première importance entre le centre du pouvoir et Nantes, la capitale de la riche Bretagne ; s’étendant idéalement le long du fleuve le plus navigué du royaume, c’est un lieu de « repues » où foisonnent auberges et hostelleries et qui permet de passer du voyage par eau, confortable, au voyage par la terre, plus rapide suivant les conditions météorologiques. On ne compte pas le nombre de personnages qui sont passés chez nous : en voila quelques uns qui ressortent des brouillards du fleuve … La marche du pays de Retz annonce Gilles ; puis suivent tant d’autres ...

La Frontière Se Souvient (#1)

Ouest France Ingrandes-Le Fresne-sur-Loire - Publié le 28/07/2016

Environ 250 personnes ont suivi samedi le spectacle historique déambulatoire La frontière se souvient, organisé par l'association tourisme, culture et patrimoine d'Ingrandes-Le Fresne-sur-Loire.

L'animation proposée a pour but de faire découvrir l'histoire et le patrimoine local de manière insolite, avec la participation d'une quarantaine d'acteurs bénévoles de tout âge en costume d'époque.

Le public a suivi un parcours, guidé par Anne Champagne, dans le rôle de crieur public. Six saynètes théâtralisées ont transporté les spectateurs à travers les époques, avec des thèmes forts appliqués à l'histoire de la cité ligérienne. Comme la Gabelle, les gabelous, le commerce du sel, la navigation fluviale, la vente de la pierre de Bretagne.

« C'est un voyage à travers le temps maintenant que depuis 6 mois, la frontière plus que millénaire a disparu », souligne Jean-Baptiste Glotin, président de l'association.

Ce circuit s'est terminé à la soirée village, à déguster des grillades en musique et en chanson, avec 350 personnes. Le prochain spectacle aura lieu le 20 août à 18 h.

Renseignements

à la maison du tourisme, ouverte de 10 h à 12 h 30 et de 16 h à 18 h 30, du mardi au samedi.

Tag(s) : #Festivité & évènements

Partager cet article

Repost 0