Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élus et administrés s’opposent sur le choix de rattachement à une nouvelle commune. La distribution de la copie d’une lettre de la préfète a mis le feu aux poudres
Élus et administrés s’opposent sur le choix de rattachement à une nouvelle commune. La distribution de la copie d’une lettre de la préfète a mis le feu aux poudres

J'avais raté cela sur Ouest-France, désolé :

A Saint-Sigismond, maire et habitants toujours en désaccord Saint-Sigismond - Publié le 06/06/2016

Élus et administrés s’opposent sur le choix de rattachement à une nouvelle commune. La distribution de la copie d’une lettre de la préfète a mis le feu aux poudres

À Saint-Sigismond, on ne plaisante pas avec l’avenir. Celui de la commune que le maire, Jean Sotty – qui se définit comme "ayant de l’humour" – veut rattacher au Louroux-Béconnais. Contre l’avis de sa population.Audience avec la préfète La réunion publique du 12 mai avait déjà fait bouillir la marmite. Ce soir-là, la fracture entre élus et administrés, campés sur leurs positions, avait éclaté au grand jour. De quoi justifier, pour le maire, "une demande d’audience à la préfète, Béatrice Abollivier". La rencontre s’est déroulée le 19 mai.

Dans la foulée, la représentante de l’État a adressé un courrier, en date du 25 mai, que Jean Sotty et d’autres élus ont distribué aux habitants, dès le lendemain.Le non de la représentante de l'État La préfète écrit clairement "qu’elle s’opposera à l’extension de la commune nouvelle d’Ingrandes-Le Fresne (le bassin de vie vers lequel la très grande majorité des habitants veut aller, N.D.L.R.) à la commune de Saint-Sigismond". Et d’ajouter : "C’est une idée qui va à l’encontre des prescriptions du schéma départemental."

En réaction à la distribution du courrier de la préfète, un collectif d’une quinzaine de personnes habitant Saint-Sigismond s’est constitué. Et s’est, à son tour, partagé bourg et campagne pour prendre la température chez l’habitant.La population n'aime pas l'humour du maire "Nous avons, à ce jour, contacté 227 personnes de plus de 18 ans (la commune comptait 298 inscrits aux dernières régionales, N.D.L.R.). 210 personnes ont signé la pétition citoyenne qui s’oppose à l’idée du maire. C’est plus de 90 % de la population", note Jean-Pierre Boisneau, membre du collectif. Une population qui, décidément, n’aime pas l’humour du maire…Décision fin juin Forts de cette pétition, les réfractaires ont demandé audience à la préfète. Le collectif souhaite obtenir un rendez-vous avant la prochaine réunion du conseil municipal, qui se tiendra fin juin. Une réunion importante, puisque les élus de la commune seront appelés à se prononcer sur le choix de la commune nouvelle.

 Il faut que M. le maire tire les conséquences de son engagement du 6 juin !

c

A Saint-Sigismond, maire et habitants toujours en désaccord

Saint-Sigismond - Publié le 06/06/2016

La petite bourgade de 364 âmes, vit des heures difficiles. Dans le cadre de la mise en place des communes nouvelles, elle doit choisir entre deux territoires. Avant le 30 juin

À Saint-Sigismond, depuis quelques jours, les esprits s’échauffent autour d’une seule question, liée à la mise en place des communes nouvelles. Faut-il rejoindre le secteur du Louroux-Béconnais ou aller voir ailleurs ? Jeudi soir, on en a parlé, et pas qu’un peu, à l’occasion d’une réunion publique.Le Louroux-Béconnais ou Ingrandes-Le Fresne ?Pour le maire, Jean Sotty, 73 ans, ainsi qu’une partie du conseil municipal, c’est clair. C’est derniers penchent résolument vers Le Louroux. Problème : la population, elle, dans sa grande majorité, regarde vers… ailleurs. Le bassin de vie d’Ingrandes-Le Fresne (communes déjà associées), en l’occurrence.Ingrandes-Le Fresne : "on y trouve tout" À deux pas, elle y "trouve tout". Commerces, écoles, collège, maison de retraite, gare SNCF, transports en commun. Sans compter la Nationale 23. Le maire le reconnaît, d’ailleurs. Ce qui ne l’empêche pas de militer pour rejoindre Le Louroux-Béconnais. Une commune plus éloignée.Population "prise en otage" Reste que, jeudi soir, la population s’est mobilisée. Une centaine de personnes étaient présentes, et remontées, pour l’occasion. Elles se disent "prises en otage", à quelques semaines d’une "décision capitale pour l’avenir de la commune", puisqu’elle doit être prise avant le 30 juin.Référendum réclamé

Un référendum, pour clarifier tout cela ? Les administrés le réclament. Le maire, lui, s’y oppose. "Et si votre conseil le réclame, les choses peuvent-elles changer ?", demande-t-on. Réponse de Jean Sotty : "Si le conseil le demande, pourquoi pas." Mais si le résultat est en faveur d’Ingrandes-Le Fresne, le maire prévient : "Cela se fera sans moi."

Tag(s) : #Democratie locale, #Commune Nouvelle

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :