Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saint Sigismond, la suite ...

Dans Ouest-France du 30 septembre .

Mis en cause par les quatre nouveaux élus de la commune sur le dossier, explosif, de la commune nouvelle, le maire du Louroux-Béconnais s'explique.

La polémique

Résumé des épisodes précédents... Dans notre édition du 26 septembre, Michel Bourcier, maire du Louroux-Béconnais, était mis en cause par les quatre nouveaux élus au conseil municipal de Saint-Sigismond, qui souhaitent que la commune rejoigne la commune nouvelle d'Ingrandes-Le Fresne. Aujourd'hui, l'élu se défend.

« Je ne veux pas ajouter à la polémique sur ce débat. De notre côté, nous avons convoqué le conseil, le 28 septembre (lire par ailleurs). Et nous allons faire une commune nouvelle à trois (avec Villemoisan et La Cornuaille, NDLR) ». Sans Saint-Sigismond, donc.

Les quatre nouveaux élus lui reprochent « d'avoir changé d'avis, et de diriger leur commune », à la place de Jean Sotty, maire de Saint-Sigismond. Michel Bourcier s'inscrit en faux. « Lors de la réunion publique je suis resté neutre. J'ai présenté la réforme territoriale. J'ai même dit que je ne ferai pas de passage en force. »

L'élu estime avoir joué « la clarté et tenté d'apaiser les tensions ». Il a reçu, à trois reprises, les nouveaux conseillers de Saint-Sigismond et un sympathisant, les maires de La Cornuaille et de Villemoisan ainsi que les conseillers départementaux.

Pour redire qu'il n'irait « pas s'immiscer dans les affaires de Saint-Sigismond ». Estimant que le maire, tout comme tous les conseillers, ont été élus dans la légalité, « c'est à eux de décider de leur sort ».

Et de préciser : « En mai, on a déjà délibéré une première fois sur le principe d'une commune nouvelle à trois. Puis, une seconde fois, pour intégrer Saint-Sigismond si les conditions étaient réunies. » Aujourd'hui, elles n'ont pas l'air d'être réunies...

Quant à délibérer pour refuser Saint-Sigismond, comme l'ont avancé les quatre élus, « ce n'est pas prévu dans un conseil. Pour Saint-Augustin-des-Bois, le contexte n'est pas le même ».

Coté résultats des dernières élections, Michel Bourcier assume son point de vue. « On est venu me voir en disant : on a fait 60 % de la population. Je leur laisse la responsabilité du propos. On fait dire ce qu'on veut aux chiffres. Pour moi, 120 voix sur 297 inscrits, cela fait 40 %. Pas 60 %. » En fait les derniers élus l'ont été avec 65 % des voix (suffrages exprimés).

Dans le même souci d'éclairer le débat, nous avons cherché à contacter Jean Sotty, lui aussi mis en cause. Il n'a pas donné suite à nos multiples messages.

Tag(s) : #Democratie locale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :