Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saint-Sigismond — À la suite des démissions des élus, les citoyens sont appelés à revoter. Le scrutin se déroulera les 11 juin, puis le 18 juin, si besoin.

Après les démissions de Jean Claude Abélard, Moïse Beucher, Jean-Pierre Boisneau et Marc Brinet, au tout début de la séance de conseil du 30 mars dernier, le sous-préfet François Payebien a signé, le 11 mai, un arrêté prescrivant l’organisation de nouvelles élections complémentaires municipales. En effet, le conseil composé théoriquement de 11 élus, a perdu le tiers de ses membres. Il doit, de ce fait, être complété. Ces élections se dérouleront le 11 juin pour le premier tour, et le 18 juin pour le second, si nécessaire. Le bureau de vote sera ouvert de 8 h à 18 h, et la campagne électorale débute officiellement le 29 mai. Il s’agira d’élire quatre nouveaux conseillers. Les quatre conseillers démissionnaires avaient été élus il y a quelques mois seulement, à la suite d’une première série de démissions. Ils ont, cette fois-ci, démissionné à la suite d’un ordre du jour d’une séance de conseil qui devait traiter de deux points : l’adhésion à la commune nouvelle de Loire-Auxence, et l’adhésion à la commune nouvelle d’Ingrandes-Le Fresne sur Loire. Le maire Jean Sotty restant sur sa position « de vouloir rejoindre LoireAuxence (le Louroux-La CornuailleVillemoisan) » , alors que les opposants, s’appuyant sur un vote de la population, « s’accrochent à l’idée de rejoindre Ingrandes-Le Fresne sur Loire » . « Plus que jamais nous estimons que Saint-Sigismond fait partie du bassin de vie d’Ingrandes-Le Fresne-sur-Loire », indiquent-ils. Ils se sont constitués en association « de défense de ce bassin de vie » , et envisagent de présenter un recours contre la décision prise par le conseil du 30 mars devant le tribunal administratif. Ce dernier avait voté, avec six voix, pour l’adhésion à Loire-Auxence. Le second point de l’ordre du jour n’avait pas été traité. Et la séance avait été houleuse. Des plaintes ont même été déposées contre le maire pour injures et destruction de pancartes sur propriété privée (lire Ouest-France du 2 mai).

Tag(s) : #Democratie locale