Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les résultats d'Ingrandes en chiffres commentés (#3)
Zoom sur la dette

La dette à Ingrandes est plus élevée que la moyenne de la strate : le capital restant à rembourser est de 1 147 000 €, soit 689 € par habitant pour une moyenne de la strate à 601 € (environ 350 € au Fresne).

Ceci résulte de facteurs historiques lorsque la Commune avait été condamnée dans les années 1990 par le tribunal de grande d’instance d’Angers, à payer une dette de plus de 700 000 € suite à une opération immobilière défaillante. Après plusieurs « tours de table », elle avait pu trouver des solutions grâce à l’assistance de divers financeurs. Toutefois, la Commune s’était appauvrie, ce qui l’avait contrainte à emprunter pour financer ses investissements à la différence d’autres Communes qui avaient pu le faire grâce à leur autofinancement courant. Déjà en 2000, son capital de dette à rembourser était de 1 M€, ce qui était encore plus élevé (698 € par habitant) par rapport à la moyenne de la strate qui était 549 € par habitant à l’époque.

En 2007, la Commune a dû à nouveau emprunter, notamment pour la réfection des cales, de la rue du Bac et le restaurant scolaire qui n’était plus aux normes. Son capital de dette était à 2 M€ en 2008, mais en décroissance relativement rapide puisqu’il passera à 600 000 € en 2018. Tout dépend, en effet, du profil de la dette et des conditions de taux et de durée. Les emprunts se font à des taux historiquement de plus en plus bas : il n’est nullement coupable pour une Commune d’emprunter pour le bien commun.

La question se pose en revanche sur des projets dispendieux, incertains, surdimensionnés…

NB : il y a lieu d'ajouter à la dette inscrite dans les comptes de la Commune, le risque lié aux engagements dans l'opération du lotissement de la Jubarderie : la Commune « équilibre l'opération » à hauteur de 66000 € dans le bilan financier prévisionnel actuel (chiffre qui évoluera si l'opération ne se réalisait pas exactement comme prévu, en particulier en termes de délais de commercialisation, ce qui est malheureusement probable) et garantit à 80% l'emprunt contracté par la SPLA Anjou pour lancer l'opération.

Tag(s) : #Budgets & impôts

Partager cet article

Repost 0